Small peut-il encore être beautiful ?

dimanche 10 août 2003

par Jean-Pierre Quentin

Dans un monde en mouvement, l’exigence de réactivité donne un avantage aux petites unités : small is beautiful, vive la PME mobile et souple... Simultanément, dans un monde sans frontières où les marchés sont globaux, on considère que seules des entités d’une certaine dimension peuvent satisfaire les exigences de présence planétaire ou d’économies d’échelle : avantage aux grands groupes omniprésents et solides... Comment résoudre la contradiction ?

Pour lire l’article :http://www.algoric.com/ti/96.htm