Pauvreté des biens et des liens

Article paru dans la chronique de....Michel Godet dans La Tribune, le 4 mai 2007

vendredi 5 octobre 2007

Comment ne pas être scandalisé par les deux millions d’enfants « pauvres » que compterait la France de ce début du XXIe siècle alors que la richesse produite par habitant a doublé depuis 1975 ? Faut-il voir dans cette pauvreté la preuve des injustices et des inégalités croissantes d’une société marchande ?

Cette question, abondamment reprise par les média, renvoie à un concept de pauvreté monétaire relative, qui serait moins trompeur si on l’avait appelé par son vrai nom
d’indicateur d’inégalité de la répartition (nombre d’individus qui vivent avec un revenu inférieur à 60 % du revenu médian).

Rappelons que le seuil de pauvreté se situe aujourd’hui en France aux environs de 800 euros par unité de consommation soit autour de 1900 euros par
mois pour un couple ayant trois enfants de moins de 14 ans. Ce n’est pas beaucoup mais nombreux sont ceux qui, avec de tels revenus parviennent à élever correctement leurs enfants. D’ailleurs, si l’on doublait d’un coup de baguette magique tous les revenus cela ne diminuerait en rien le nombre de pauvres.

Lire l’intégralité de l’article en pièce jointe

Documents joints