Cornelia Daheim - Noeud Allemand

jeudi 5 mars 2015

Née en 1973, Cornelia Daheim est chercheuse pour Z_punkt GmbH Büro für Zukunftsgestaltung (agence pour façonner l’avenir) à Essen. Elle travaille sur des études de prospectives pour des institutions et des entreprises, réalisant des scénarios d’études comme « Le futur des genres et du travail en Allemagne » pour le ministère des sciences et de l’éducation. Elle a fondé et dirigé le nœud allemand du Millennium Project.



Pour quelles raisons avez-vous intégré Foresight Europe ?


J’ai d’abord été membre et co-fondatrice du noeud européen du Millennium Project. Dans la nouvelle association, European Foresight, nous avons la même motivation à travailler sur des problématiques européennes de prospective mais cette fois, non seulement sur des problèmes de gestion des territoires mais aussi plus globalement sur des questions économiques et sociales plus larges.


Y-a-t-il des sujets qui vous tiennent à cœur sur lesquels vous travaillez activement ?


Oui, je m’intéresse à la durabilité, au développement durable ainsi qu’à la manière dont des questionnements de longue date peuvent être intégrés dans les processus décisionnels actuels, notamment en ce qui concerne la lutte des classes.


Pour quelles raisons êtes-vous spécialisée dans ces domaines ?


Je me suis spécialisée dans le développement durable car je pense que la durabilité est un véritable challenge pour notre société. Seule cette vision du monde, que nous devrions d’ailleurs tous adopter, nous permettra de relever de nombreux défis mondiaux.


Quels sont les projets que vous avez réussi à mette en place jusqu’à présent ?


Depuis la fondation du Millennium Project Europe je mène en moyenne une dizaine de projet par an. J’ai récemment travaillé avec Martin Rhiziart du nœud Britannique sur un projet nommé UKCS à propos de l’évolution du travail dans le futur. Notre collaboration fut particulièrement positive. Nos travaux ont en effet été relayés dans les médias ainsi qu’auprès des investisseurs et des entreprises.


Quelles sont vos attentes concernant la constitution d’une véritable communauté de participants au Millennium Project ?


D’une manière générale, nous aimerions poursuivre la réalisation de projets communs. Pour cela, il nous faut trouver des fonds. Personnellement, je souhaiterais que nous ayons davantage d’interactions aussi bien au sujet de nos travaux qu’autour de nos motivations et de nos opinions. J’aimerais aussi que nous trouvions tous du temps pour travailler ensemble, en petits groupes


Êtes-vous fréquemment en relation avec d’autres membres européens de l’organisation ? Si oui, dans quel but ?


Oui, je corresponds régulièrement avec Blaz Golob au sujet de la présidence du Foresight Europe. L’an prochain, Blaz en deviendra le président. J’en serai pour ma part la vice-présidente dans deux ans. Je suis également en relation avec Martin Rhiziart du nœud britannique avec lequel nous avons mené un projet commun l’an dernier. Nous souhaiterions d’ailleurs réitérer l’expérience. Je suis enfin en contact avec des membres du nœud finlandais avec lesquels j’ai travaillé par le passé.


Êtes-vous intéressée par l’idée de mieux connaitre, personnellement et professionnellement, ces personnes ? Pourquoi ?


Oui, j’aimerais en apprendre davantage sur les autres noeuds et que nous puissions entamer de nouvelles collaborations.


Connaissez-vous les problématiques actuelles de tous les autres nœuds du projet ?


Je connais les problématiques actuelles des membres du Foresight Europe que je rencontre lors des réunions annuelles. Cependant, je ne suis pas régulièrement informée du développement de leurs projets. Par le passé, j’ai mené une étude sur l’ensemble des nœuds, leurs centres d’intérêts et leurs sujets d’études. Je sais à quel point il est difficile de réunir toutes ces informations.


Vous est-il aisé de trouver les coordonnées de vos collègues, en cas de besoin ? Si non, seriez-vous d’accord pour partager vos informations personnelles avec l’ensemble des nœuds ?


Oui, mais cela est très difficile. C’est aussi pour cette raison que j’ai décidé d’entamer l’étude dont je vous parlais précédemment (document regroupant les coordonnées des autres nœuds). Je suis bien évidemment d’accord pour partager mes coordonnées avec les autres membres du Foresight Europe.


Pensez-vous qu’une meilleure interactivité entre les membres de l’organisation puisse vous aider à faire évoluer vos projets ?


Oui, je l’espère. Nous ne pouvons mener des projets communs qu’à condition de connaître les sujets d’étude des autres membres du Foresight Europe, leurs centres d’intérêts, leurs compétences et leur expertise.


Contact  : daheim@z-punkt.de

LinkedIn

Documents joints