Crimes organisés

Comment les réseaux de crimes organisés peuvent-ils être stoppés avant qu’ils ne deviennent trop puissants ?

jeudi 5 mars 2015

Le monde se rend peu à peu compte de l’importance des réseaux terroristes. Cependant, cette prise de conscience doit être plus globale. En effet, il faut considérer que ces réseaux convergent avec le crime organisé.

Le crime organisé peut concerner plusieurs types d’activités : du trafic d’armes, à la drogue en passant par l’esclavagisme ou encore la prostitution.

Le marché noir est évalué à 870 milliards de dollars par an.

Pour lutter contre ces phénomènes il faut trouver une solution, à l’échelle mondiale, pour endiguer la progression de la puissance de ces réseaux.

La Convention des Nations Unies contre le crime organisé transnational est, à l’heure actuelle, le meilleur outil de lutte. Cependant, les différents états n’appliquent pas ce traité de façon sérieuse.

Il existe également l’International Anti-Corruption Academy basé à Vienne et qui a pour but de couper les relations qui existent entre la corruption et le crime organisé.

Il est désormais temps de mettre en place une campagne internationale ciblée par secteur de la société afin de créer un consensus autour de la lutte contre le crime organisé. L’ensemble des institutions doit travailler ensemble pour lutter contre ce fléau. Identifier les objectifs de ces réseaux, geler leurs activités ou arrêter et juger leurs membres, tout doit être mis en place pour contrer la progression du crime organisé.

Il est également important de hiérarchiser ces groupes afin de les appréhender les uns après les autres.

Ce challenge sera considéré comme réussi lorsque les revenus provenant du crime organisé auront diminué de 75% par rapport à son plus haut niveau.

Retrouvez la liste exhaustive des scénarios possibles en matière de lutte contre le crime organisé dans le Rapport State of the Future 2013/2014  :

Documents joints